Quand Willie Colon se met au dancehall (épisode 2)

octobre 5, 2014 Non Par karambol

Souvenez-vous il y a quelques mois je vous parlais de l’incursion de Willie Colon et Ruben Blades dans le monde du dancehall (si si vous connaissez le dancehall : le machin vaguement issu du reggae avec des filles en bikini qui ondulent lascivement autour d’un chanteur à grosse voix) : et bien ils ont remis ça !

Bien entendu quand je dis ‘ils’ je ne parle pas de Willie Colon ni  de Ruben Blades mais plutôt des producteurs qui étaient derrière la première opération : ils ont à nouveau repris les arrangements de cuivres de Willie Colon et cette fois pas depuis un titre un peu obscur d’un album aussi célèbre soit-il. Là ils ont carrément samplé les cuivres de la Murga : l’un des premiers méga-hits de Willie Colon et de son chanteur fétiche Hector Lavoe, issu de l’album Asalto Navideño paru en 1970.

Si vous fréquentez un peut le monde de la musique latine vous connaissez la Murga et sa célébrissime introduction au trombone, mais juste au cas ou je vous en mets une version un peu plus bas.Pour la parenthèse culturelle je vous dirais que la murga c’est un genre musical d’Amérique centrale et du Sud joué dans les rues lors du carnaval.

Pour en revenir à notre époque, quand on écoute Come on to me de Major Lazer (featuring Sean Paul) à qui on devait donc déjà Bumayé on entend à plusieurs reprises les cuivres de la Murga et cela dès l’introduction.

Alors on peut être méchant et gloser sur ces gens qui veulent mettre des cuivres dans leur musique sans vouloir payer des vrais musiciens et que ces cuivres samplés sont ce qu’il y a de plus intéressant dans ce genre de choses, ou alors on peut dire que des gens qui samplent du Willie Colon ne sont pas complètement mauvais et ont même plutôt bon goût. J’avoue que j’hésite encore entre les deux. Cela dit il faut se rendre à l’évidence,  ce ne peut pas être une coïncidence : ces gens qui font du dancehall sont en fait des fans absolus de la musique latine (particulièrement de Willie Colon) et en fait c’est leur façon de rendre au hommage au talent de tous ces immenses musiciens qui ont fait les grandes heures du label Fania.